IMG_4102

Dans un récent communiqué de presse, la Confédération Paysanne estimait que contractualisation rimait avec intégration. A Jeunes Agriculteurs nous ne partageons pas tout à fait la même vision : la contractualisation, notamment dans la filière viande bovine, doit être un outil pour nous permettre d'aller vers de véritables partenariats avec l'aval. La contractualisation, ce n'est pas de l'intégration, si tant est que nous nous donnions, nous les producteurs, les moyens de nous organiser, de regrouper notre offre !

Il y a trop d'intermédiaires dans la filière viande bovine, il s'agit aujourd'hui d'optimiser notre organisation : tout reste à faire. C'est la base du projet JA pour la filière. Et ce sera le seul moyen de devenir incontournables sur des marchés tels que la Restauration Hors Foyer. Oui ! A JA nous croyons que l'avenir de la production de viande bovine passera par des organisations de producteurs larges et fortes qui seront en capacité de faire des contrats collectifs avec des entreprises.

Alors, c'est vrai, pour nous appuyer nous avons besoin d'un plan engraissement qui tienne la route et qui permette le maintien de la valeur ajoutée sur nos territoires. Et ce n'est pas avec les 8 millions de l'article 68 saupoudrés en 2012 sur les exploitations dites « professionnelles » parce que sépcialisées et de grande taille que nous y parviendrons. Nous l'avions déjà dit il y quelques mois : l'aide de 60 euros par place d'engraissement ne nous convient pas car elle cible surtout les grands élevages et occulte complètement les ateliers d'engraissement complémentaires sur des exploitations mixtes. Mais ne nous focalisons pas...Allons de l'avant et construisons un plan engraissement et d'organisation de filière digne de ce nom ! JA a déjà des propositions et une bonne base.