drapoEuropecass_

Drapeau Europe cassée - montage Le Plus Nouvel Obs.

"La France abandonnera la PAC !" C’est, « texto » la base du programme agricole de la candidate aux Présidentielles 2012 Marine Le Pen. Pas moins !

 

La France abandonnera donc la PAC, seule politique commune au niveau européen, modèle de construction collective et concertée depuis des décennies, instaurant des règles identiques pour tous sur tous les territoires. La France abandonnera la PAC au profit de la PAF (Aïe ! ) – Politique Agricole Française (très original !). Faudrait-il rappeler à Mme Le Pen que même si la politique agricole européenne est commune, chaque état possède une certaine latitude pour adapter les directives européennes, et que, jusqu’à preuve du contraire, ces « latitudes » ont plutôt joué en défaveur des agriculteurs français à qui on impose parfois des règles pour « laver plus blanc que blanc » ? Alors une politique agricole franco-française, j’allais dire, non merci ! on connait déjà !

 

Nous, Jeunes Agriculteurs français ET aussi européens, fiers de s’impliquer dans le Centre Européen des Jeunes Agriculteurs (CEJA), illustration concrète de ce que l’Europe aura produit de mieux et continuera de produire : une concertation, une coopération et une compréhension mutuelle entre tous les citoyens européens. A fortiori les agriculteurs et plus que tout : les jeunes !

 

Bien sûr, l’Europe est loin d’être parfaite, l’Europe est encore aux mains des chantres de l’ultra-libéralisme, l’Europe est compliquée. Mais pour nous, Jeunes et Agriculteurs, l’Europe a de l’avenir. S’isoler de l’Europe et faire sa « popote » dans son coin, notamment en matière agricole, c’est d’abord favoriser des distorsions de concurrences en faisant appliquer des règles différentes par rapport à d’autres états, c’est se fermer aux développements de nouveaux marchés rémunérateurs (ou alors votre projet n’est pas cohérent), c’est se priver de moyens humains et financiers conséquents sur la recherche et l’innovation, c’est fermer les yeux devant les richesses incroyables de tous les territoires européens, c’est abandonner l’idée de construire un ensemble régional cohérent en termes d’autonomie alimentaire, de sécurité sanitaire et d’occupation des territoires, c’est tourner le dos à nos collègues et amis exerçant la même profession que nous. C’est revenir des décennies en arrière, et ça nous n’en voulons pas. Nous nous battons jour après jour pour qu’une politique européenne en faveur de l’installation se mette en place, et nous sommes sur le point d’y parvenir avec le soutien spécifique aux jeunes de tous les Etats Membres dans le cadre de la prochaine PAC. Ca c’est la réalité, ça c’est l’Europe.

 

Madame Le Pen, vous énoncez un certain nombre de propositions : importations soumises aux même contraintes phytosanitaires que les produits français, régulation des marchés, exception agricole à l’OMC ; des redites certes (qui ne le propose pas ?) mais c’est au niveau européen que doit avoir lieu le débat ! Vos autres propositions, comme celles de la plupart des candidats à cette élection « ne cassent pas des briques » et se bornent à énumérer des formules sur le partage de la valeur ajoutée, le « consommer local » ou l’égalité entre territoires, mais rien de vraiment concret.

Vous semblez proposer le maintien des restitutions à l’exportation, permettez nous de vous signaler votre incohérence flagrante : en sortant de l’Europe, vous comptez subventionnez nos exportations, mais, n’est ce pas une politique que l’Union Européenne a déjà mis en œuvre, puis abandonnée devant les effets dévastateurs qu’elle produisait sur d’autres pays ?

 

Madame Le Pen, tout ceci mérite une discussion approfondie vous en conviendrez, car abandonner la PAC nous semble une chose très grave. Les jeunes agriculteurs français souhaitent être acteurs de leurs territoires, de leurs filières et souhaitent être acteurs du projet agricole européen, certes, semé d’embuche, mais bien plus ambitieux que votre PAF (Aïe ! Décidement je ne m'y fais pas !).