bd_porctract diffusé en 2009 par JA...

Philippe Chalmin a donc présenté lundi les premiers résultats de son observatoire des prix et des marges des produits alimentaires. Grande découverte : les distributeurs réalisent d'importantes marges brutes sur le dos des producteurs...mais ça, on le savait déjà ! 

Fallait-il un grand économiste et toute cette machine compliquée pour faire ressortir ces résultats ? Au moins, c'est formalisé, c'est écrit dans un long rapport de... 250 pages !  Les journalistes ayant eu le courage de s'y plonger ont fait ainsi ressortir quelques exemples frappants de petits arrangements avec les prix : la marge brute des distributeurs a augmenté en dix ans de 32 % pour l'emmental, 50 % pour la côte de porc, 100 % pour le beurre. Une cerise coûte 5 fois plus cher en rayon qu'elle n'a été achetée au producteur.

Alors, soit l'observatoire a observé. Mais que va t-il en rester ? Que fait-on maintenant et qu'attend-on pour agir après avoir constaté et relevé les aberrations ? http://agriculture.gouv.fr/L-Observatoire-de-la-formation-des

Ces résultats nous montrent qu'il faut plus que jamais corriger le tir, et avoir un prix producteur qui tienne compte des charges réelles. Les Jeunes Agriculteurs réclament un prix qui s'établisse en fonction de plusieurs indicateurs : les coûts de production, le coût de la main d'oeuvre, les charges de transports, etc.

...et oui, Monsieur Creyssel (délégué général de la FCD - Fédération du commerce et de la distribution), vous qui suggérez de travailler plutôt sur les marges nettes des GMS (une fois retirées les charges type salaires, transports, foncier etc.) : nous aussi producteurs nous avons des charges ! Mais celles-là sont rarement prises en compte lors de l'achat de nos produits !

Pour l'anecdote, hier encore, Nicolas Mousnier, éleveur et membre du bureau des JA me disait que ses agneaux label baronet du Limousin avaient perdu en une semaine près de 20 % de leur valeur, sans justification, mais assurément pour que la GMS réalise de bonnes marges...Car soyons-en sûrs : cette baisse des prix à l'achat producteur, le consommateur de viande d'agneau n'en bénéficiera pas ! ...Observatoire, que fais-tu ? Où en es-tu ?!

 

Lire aussi : LE POINT